• C'est une maison bleue...

    Accrochée à une collinette liégeoise avec, autour, comme un air de forêt de Brocéliande.

    P1030121.JPG

    P1030118.JPG

    On s'attend à voir apparaître la fée Morgane à ce balcon moyenâgeux

    P1030125.JPG

    Une belle princesse apparaître à cette fenêtre !

    P1030131.JPG

    Des lutins sortir des sous-bois et autres taillis...

    P1030134.JPG

    P1030132.JPG

    P1030136.JPG

    P1030138.JPG

    P1030140.JPG

    P1030120.JPG

    Ce sont plutôt de petits gavroches roumains qui sont venus à ma rencontre, la main tendue quémandeuse d'un peu d'argent, car je vous ai transportés dans un quartier défavorisé de Liège. Un quartier qui tente sa métamorphose avec quelques nouvelles constructions de standing, une touche artistique (!) et la préservation de ce lieu enchanteur!

    P1030123.JPG

    P1030141.JPG

    P1030127.JPG

    P1030130.JPG

    Amis liégeois, le reconnaissez-vous ? Il sera d'actualité cet après-midi puisque les coureurs de Liège-Bastogne-Liège le côtoieront. Faites-moi des propositions, honnêtes, s'entend! Alors, on joue?  

  • Fluctuat nec mergitur

    Devise de Paris que l'on voit écrite partout fièrement dans la ville et notamment sur le fameux pont Mirabeau.

    ecussons.jpeg

    Il y eut un homme qui faillit bien la faire mentir : le général Von Choltitz dans la nuit du 24 au 25 août 1944. Car contrairement à ce que le titre d'un fameux film nous fit croire (Paris brûle-t-il?), ce qui menaça les Parisiens lors de la retraite des Nazis, ce fut surtout l'eau. La première phase du plan de destruction était en effet de faire sauter tous les ponts sauf le Pont Neuf et ces destructions allaient immanquablement endommager les berges et permettre aux flots de la Seine de tout envahir en très peu de temps. Impossible pour la plupart de la population piégée de se réfugier sur la Butte Montmartre ou la Montagne Sainte-Geneviève.

    La seconde phase, elle, visait la destruction des monuments emblématiques: l'Opéra, le Louvre, les Invalides, Notre-Dame, la Tour Eiffel... en représailles des destructions de Berlin et de Dresde.

    Ce plan diabolique ne put être exécuté grâce à l'avance plus rapide que prévu de la 2ème DB de Leclerc, à l'action de la Résistance et dans le film Diplomatie, à une subtile partie d'échecs psychologique entre Von Choltitz et le consul suédois Nordling.

    Von Choltitz y apparaît tout d'abord comme un vrai Prussien, drapé dans la rancoeur accumulée contre la France d'un soldat qui fut battu en 1918 et fidèle aux ordres reçus du Führer qu'il n'a pas à discuter. Mais subtilement Nordling repère les failles de la cuirasse et tente d'y distiller de la raison, du sentiment, de l'humanité. Il y aura de part et d'autre de la rébellion, du découragement, des promesses (parfois non tenues)...

    Tiré de la pièce éponyme de Cyril Gély, ce film est passionnant. En son centre : la désobéissance. De nombreux apartés hors de la chambre d'hôtel évitent un huis-clos qui aurait pu paraître à certains trop pesant mais c'est surtout la formidable confrontation des deux monstres sacrés que sont Niels Arestrup et André Dussollier qui donne au film son rythme haletant. On ne s'ennuie pas une seconde, on suit l'avance et le retrait des pièces sur l'échiquier qu'est devenu Paris, on guette dans les yeux et l'inflexion des voix les points gagnés, les renoncements, les arguments qui font mouche. Extraordinaires comédiens qui n'ont pas peur de la caméra scrutatrice de Volker Schlöndorff qui les mue en de formidables acteurs.

     

     

    Certains vous diront que la réalité a été mise à mal, que la vérité historique est tout autre. Certes. L'argument mêle habilement réalité et fiction. Choix parfaitement assumé  et voulu comme le réalisateur l'explique dans l'interview passionnante ci-dessous. Hommage aussi à ses acteurs. Vous avez vu le film, regardez ceci !

     

     

    Mais oui, la vérité historique n'est pas le propos. C'est un hymne à la beauté de Paris et tout amoureux de cette ville sort bizarrement comme soulagé. Réaction bien étrange alors que tout le monde sait que ce plan diabolique ne se réalisa pas mais on ne peut pas s'empêcher de dire "ouf!".  Et puis tout amateur de théâtre et de cinéma passe un formidable moment devant ce numéro d'acteurs géniaux. Et pour ceux qui y sont sensibles, quelles voix! Enfin ces quelques notes de Beethoven...

    Et si vous êtes curieux de la pièce... 

  • Esprit musical

    En ce 3ème Vendredi Saint que je partage avec vous sur mon blog et après vous avoir offert pour la circonstance les oeuvres colossales de Wagner, de Verdi et de Brahms, je vous propose cette année un peu plus d'intimité en partageant l'écoute d'un oeuvre de musique de chambre que j'adore : le quintette pour clarinette de Johannes Brahms.

    Quoi de plus beau, pour susciter la méditation, que son sublime adagio?

    Il est ici interprété par le Jérusalem Quartett et la clarinettiste Sharon Kam.

    Bonne écoute à tous, religieusement recueillie pour les uns, musicalement émue pour les autres (c'est mon cas).

    Permettez-moi d'y associer cet endroit où nous avions appris à aimer, mon mari et moi, la musique de chambre : le sublime réfectoire des moines de l'abbaye de Stavelot. Nous occupions traditionnellement les deux places à la gauche du poêle. Dernière photo faite ensemble le dernier jour du festival d'août 2012. Comme un adieu.

    DSCN0876.JPG

      

  • Quand l'envers vaut bien l'endroit

    Le week-end dernier grâce aux journées européennes, étaient à l'honneur les métiers d'art.

    bannic3a8re1.jpeg

    La pub vous proposait d'entrer dans les coulisses et de rencontrer des femmes et des hommes de passion... C'est exactement l'expérience que nous avons vécue samedi après-midi en visitant pendant plus de deux heures les ateliers de l'Opéra de Wallonie.

    J'en rêve depuis des années, d'autant que je peux contempler l'extérieur du bâtiment à chaque promenade canine sur le RAVEL. Cette fois, j'ai franchi les portes de cette véritable caverne d'Ali-Baba!

    P1030070.JPG

    à gauche, le grand hall des décors et accessoires -  au milieu, administration et ateliers, magasins à vêtements - à droite, ferronnerie, menuiserie, peinture...  

    Dès le départ, ce fut vraiment l'impression ressentie, une vraie caverne enchantée ! Un immense hall avec d'énormes étagères où tous les accessoires sont parfaitement rangés. On est invité à toucher pour bien se rendre compte de l'illusion produite mais surtout ne rien déplacer...

    P1020987.JPG

    P1030002.JPG

    P1020993.JPG

    P1030004.JPG

    Les ombrelles de Madama Butterfly, le trône d'Attila, les énormes jarres en frigolite... sans oublier les monstres hideux et les victuailles en tous genres plus ou moins appétissantes, quel magasin hétéroclite! On ne sait où porter les yeux. Notre guide presse un rien la manoeuvre, on n'en est qu'au début des découvertes!

    Nous passerons  ensuite à l'atelier ferronnerie, à la menuiserie et à la peinture. Le personnel est présent et nous explique les futurs décors de La Gazzetta et la maquette de la scène tournante pour La Cenerentola, l'ouverture de la saison prochaine...

    P1030024.JPG

    P1030028.JPG

    P1030038.JPG

    Ce seront ensuite les ateliers de perruques (au poil de yack cardé, coloré et noué sur un filet brin par brin) et des chapeaux, celui des masques et colifichets où une jeune femme nous explique avec la passion dans les yeux, tous ses essais, toutes ses inventions pour confectionner des masques selon le dessin du décorateur, et puis celui de la couture... Le costume d'Otello me bluffe totalement. Tout est parfaitement exécuté, avec une méticulosité incroyable alors qu'on pourrait se dire qu'on a travaillé un peu grossièrement puisque ce sera vu de très loin. Mais non, quel luxe de détails, quelle précision, quelles finitions soignées! Total respect, mesdames et messieurs. Ici, on travaille encore sur les costumes de Zemire et Azor...  

    P1030040.JPG

    P1030047.JPG

    P1030046.JPG

    P1030050.JPG

    On jettera un oeil sur les godasses toutes plus improbables les unes que les autres et la cordonnière nous livrera ses petits secrets...

    P1030045.JPG

    Il nous reste... le magasin à vêtements! Tous les vêtements de plusieurs productions lavés, repassés, étiquetés et classés de haut en bas, il y en a partout, des milliers!

    P1030061.JPG

    P1030067.JPG

    Des ceintures barbares, des haillons, des brocards se côtoient, on ne sait où donner de la tête, des yeux...

    Mais tout a une fin, nous nous sommes promenés pendant deux heures et demie dans un envers du décor fascinant. Nous avons été reçus par un personnel accueillant, passionné, inventif, fier de partager son savoir-faire, heureux d'être pressé de questions.

    Oh oui! L'envers du décor vaut bien l'endroit, il y a tout autant de passion et d'amour du travail bien fait. Il y avait de nombreux enfants dans notre groupe de visite et mon espoir serait que quelques-uns parmi eux aient soudain découvert ce qu'ils voudront faire plus tard : être artisan d'art. Passeport pour être heureux dans son métier !  

    Beaucoup d'autres photos sympas vous attendent dans un diapo au-dessus, colonne de droite. Ca vous donnera inévitablement l'envie de partir à la découverte l'an prochain! 

  • Merci, mon amour...

    En 34 ans, quelques plaies et bosses inévitables. Mais surtout de l'amour et de la joie. Qu'est-ce qu'on s'est bien amusé ! Jusqu'au dernier jour...  

    Chassepierre 2005 0072.JPG

    L'Asie a toujours fait partie de nos vies. Fiancés, nous partions en virée dans les restaurants asiatiques de Maastricht. Dans la foulée, nous avons adoré la cuisine thaïe. Ensuite nous avons découvert en vrai et avec éblouissement l'Inde, le Cachemire et l'Himalaya. Puis, tu as été le plus heureux des parrains en voyant ton petit Sumo devenir un redoutable Samouraï. Toi, l'impulsif, tu as aussi cherché une certaine sagesse. Enfin, j'ai découvert dimanche dernier, ton ombre apaisée à mes côtés, un superbe jardin japonais...

    Arigatô à toi,  mon homme. Merci, mon amour!