Bouleversifiant!

 P1080202.JPG  P1090017.JPG

P1090020.JPG

Un univers "bouleversifiant", vous annonce-t-on : promesse tenue!

C'est décalé, surréaliste, onirique et ça embarque même les plus réticents, dont j'étais.

P1090115.JPG

De Dalí vivant, j'ai comme souvenirs des images d'un histrion qui voulait faire parler de lui au prix de provocations clownesques. C'était dans les années 70, et l'artiste avait été complètement occulté par ce personnage mondain invité des émissions de télévision qui pariaient sur ses outrances pour gonfler leur audimat. 

L'expo présentée aux Guillemins (et prolongée jusqu'aux congés de Toussaint) a l'immense mérite de donner quelques clés pour s'initier à cet univers et pour y cheminer avec plaisir et intérêt. 

Le comprendre, c'est autre chose!

Avant tout, Dalí ne peut être qu'Espagnol et un Catalan admiratif de l'oeuvre de Gaudí. 

P1090030.JPG P1090040.JPG

 

La première clé, tout d'abord le poids de l'enfance

Dalí naît exactement 9 mois après le décès de son frère, il porte le même prénom et lorsque ses parents vont se recueillir sur la tombe de l'enfant, le petit Salvador y voit son nom, y contemple en quelque sorte sa propre mort... Elle devient une de ses obsessions. C'est dans ce contexte qu'il faut remettre les montres molles, symbole du temps qui passe avec une précision mathématique inéluctable et pourtant pas avec la même perception de la vitesse selon notre état psychique du moment.

P1090066.JPG P1090032.JPG

Ou encore sa fascination pour l'Angélus de Millet, tableau interprété par certains comme le recueillement des parents sur la tombe de l'enfant qu'ils viennent d'enterrer.

P1090062.JPG P1090064.JPG

P1090126.JPG P1090127.JPG

Alors qu'il est en pleine adolescence, sa mère disparaît d'un cancer de l'utérus et son père se remarie presque dans la foulée avec la soeur de celle-ci... (ne jamais oublier que nos sommes dans l'Espagne très catholique des années 20). Voici cette fois les deux autres thèmes de cette première clé : la femme idéalisée (le mystère - les tiroirs et le visage nu - est sa vraie beauté), et une certaine vision de la sexualité (la licorne symbole phallique). 

P1090106.JPG P1090119.JPG

La deuxième clé: l'empreinte du surréalisme.

Dès 1929, son moteur sera Gala, épouse et muse dont la rencontre fut l'expérience la plus passionnante de sa vie.

P1090114.JPG

Dalí découvre la psychanalyse et Freud, ce qui évidemment va influencer son inspiration.

P1090058.JPG P1090057.JPG

P1090046.JPG

P1090049.JPG P1090108.JPG

Dalí a toujours eu une fascination pour les hommes de pouvoir : Napoléon, Lénine, Hitler, Franco, Mao. Ce qui lui vaudra son exclusion du cénacle surréaliste. Ami de Garcia Lorca et de Bunuel, il quittera l'Espagne lors de la guerre civile, se réfugiera en France puis aux États-Unis. Son oeuvre sera longtemps censurée mais cela ne l'empêchera pas plus tard d'accepter une décoration franquiste et de faire le portrait de la petite-fille du Caudillo...

P1090074.JPG P1090075.JPG

Il connaîtra également une crise de mysticisme, nous léguant ainsi de véritables chefs-d'oeuvre.

P1090081.JPG P1090088.JPG

La Cène devient psychédélique et nous y prenons part...

P1090083.JPG P1090087.JPG

Ne figurant pas à l'expo, ce Christ de saint Jean de la Croix m'a toujours profondément émue, moi l'athée convaincue!

a356425b76c0e6bcee14f27062df8e72.jpg

Impressionniste, cubiste, surréaliste, Dali est tout d'abord un admirateur des grands classiques comme Raphaël et Vermeer. Fabuleux dessinateur, il devient un étonnant touche à tout : peinture, sculpture, cinéma, théâtre. 

P1090077.JPG P1090145.JPG

P1090151.JPG P1090179.JPG

Il y aura même cet étonnant projet de dessin animé, Destino, avec Walt Disney (concrétisé en 2003)

DestinoInterview.jpg P1090160.JPG

 La troisième clé, ce sera le tourbillon de la célébrité, l'extravagance de celui que l'on surnomme Avida Dollars : son rapport à l'argent, aux medias et à la production de masse.

P1090131.JPG P1090176.JPG

P1090195.JPG P1090191.JPG

 P1090141.JPG P1090154.JPG

 Un très beau parcours qui permet à tous de saisir l'essentiel de l'art de Dalí. À voir sans aucun doute!

P1090018.JPG

P1090041.JPG

Ub album photos tout au-dessus à gauche vous propose d'autres images. Quelques images car Dalí  est inspirant!

Commentaires

  • Si j'étais l'organisateur de cette expositions je t'engagerais pour préparer ensemble la prochaine. J'avais beaucoup aimé. ..et j'ai beaucoup apprécié ce "remake". Magnifiques photos et récit qui donnent envie d'y retourner. Tu as beau te déclarer athée, tu n'en es pas moins bénie des Dieux pour transmettre tes émotions et ta conviction. A consommer sans modération.

  • Que répondre à cela? Que j'adore écrire sur mon blog et que je suis encore plus heureuse si ceux qui me lisent y trouvent de l'intérêt et du plaisir. Merci, cher José!

  • Cette exposition spectacle intitulée " De Salvador à DALI " montre peu d'œuvres de l'artiste mais beaucoup de reconstitutions qui nous embarquent dans son monde hallucinatoire ,déjanté , surréaliste .
    On vient ici , voir l'homme devenu artiste à part entière ,en cheminant parmi ses œuvres et découvrir ses multiples facettes à travers ses rencontres et époques . C'est époustouflant , son génie est incommensurable . On est subjugué malgré la perplexité de ses idées et réalisations . Des éléphants aux très longues pattes arachnéennes ,c'est impossible vu le poids de l'animal mais sous l'œil de Dali ,ils sont impressionnants de légèreté....c'est surréaliste ,tout comme IL a voulu l'être et aussi marquer son temps . A voir sans conteste ...;-)

  • Merci pour ce commentaire "chaud", gente dame!

  • Je glousse de plaisir bien loin de cette expo! Le bonhomme est rigolo, mais inquiétant, surdoué mais hyper mégalomane, à part ces traits de caractères dus à une vie bouleversée dans l'enfance, ( je ne savais pas, je comprends mieux et merci de me l'apprendre,) il n'en reste pas moins qu'il a un incroyable talent. L'idée même du Christ vu en fait par l'œil de Dieu qui est au dessus est unique.
    Bonhomme étonnant et détonnant.
    C'est quand même fabuleux de voir qu'il s'est servi de ce talent pour vivre dans les meilleures conditions possibles, pour lui, somme toute.
    Mais talent n'est pas réflexion intelligente.....hitler, mao, et les autres du même acabit, misere.....
    Je vais chercher à savoir si Gaudi ( un autre maître du déjanté!)a eu lui aussi une enfance à soucis due à des parents qui n'ont pas beaucoup réfléchi aux impacts psychologiques sur une petit gamin.
    Comme d'habitude, merci cousine pour la promenade.

Les commentaires sont fermés.