• Au fil du fil et de la Seine

    Pour beaucoup d'entre nous, la Seine c'est le fleuve majestueux et romantique qui traverse Paris. Mais à part cela, des 770 km de son cours, que sait-on? J'en ai découvert toutes les beautés dans une récente émission télévisée.

    France_relief.jpgD'où vient-elle? Du plateau de Langres. La source n'est pas très loin de Beaune. Où elle va, on s'en doute, à la mer ! Mais dans des paysages dignes en beauté de ceux des bords du Rhin: ce sont les boucles de la Seine, paradis impressionniste qui démarre à Giverny. 

    LC160811-ValleeSeine-LeHavre-Paris_0_600_284.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

        Le Havre est certes le port de mer à l'embouchure mais d'énormes bateaux, slalomant entre boucles et méandres, remontent l'estuaire jusqu'à Rouen, spécialisé à l'époque dans les céréales et le textile.

    boucle-de-la-seine-9.jpg  cargo_devant_caudebec-en-caux_p.jeanson.jpg

    chateau_gaillard.jpg

    Entre Rouen et Paris, on rencontre Les Andelys où Richard Coeur de Lion installa Château-Gaillard, sa forteresse à la frontière du royaume de France et de celui d'Angleterre, à 100 km de la capitale.

    La Seine maritime est bordée de jolis châteaux, de nombreuses abbayes et de quelques filatures en ruines. 

     Arrêtons-nous à Radepont, entre Rouen et les Andelys. Tout y est : le joli château, construit sur les ruines de la forteresse rasée par Philippe Auguste et une abbaye cistercienne, celle de Fontaine-Guérard, transformée en filature au début du XIXème siècle. 

    radepont1.jpeg abbaye-fontaine-guerard-11.jpg

    Le domaine est acquis par les Levavasseur, famille de capitaines d'industrie, armateurs et manufacturiers. Et c'est alors que surgissent quatre tours dans le plus pur style gothique anglais...

    Filature-7328.jpg

     Approchons de ces ruines qui semblent être celles d'une formidable cathédrale...

    951ac89f.jpg

    Suite aux incendies successifs de la filature de Fontaine-Guérard installée dans l'abbaye, la famille Levavasseur décide de faire construire un nouveau bâtiment. Les travaux commencent en 1857. L'usine, de style néogothique anglais mesure 96 m de long pour 26 m de large. Les cheminées, cachées dans les tours aux quatre coins, s'élèvent à 38 m de hauteur, sur 5 niveaux de planchers. Une deuxième filature, dite « petite filature » est construite à proximité. En 1861, l'usine commence sa production.

    La-filature-dite-Levavasseur-de-Fontaine-Guerard-before-the-fire.jpg

    Hélas le 23 août 1874, un incendie ravage la grande filature. L'assurance ne pouvant prendre en compte la totalité des travaux, seule la petite filature est restaurée et remise en activité. Deux autres incendies : en 1913 et en 1946. Nous restent ces formidables ruines...

    filatu10.jpg

    images (2).jpeg 21282_large.jpg

    33912332.jpg image_content_20862691_20160720212711.jpg

    33912342.jpg Ancienne-filature-Levavasseur.jpg

    L'incendie dévastateur de 1874 aurait été causé par une surchauffe dans un grenier, surchauffe due au soleil d'août qui serait passé par la grande rosace qui surplombait l'entrée (on en voit encore la base ci-dessus à droite) et aurait enflammé les ballots de coton américain entreposés.

    téléchargement.jpeg pont-saint-pierre-8174-4_w1000.jpg

    Dans les années 1960, le département rachète le site et prévoit sa restauration pour permettre la visite d'un des derniers témoignages des grandes filatures normandes du milieu du XIXème siècle, construites comme les châteaux de l'industrie du Nord de la France.

     filature-fontaine-guerard-34.jpg

     

    Quel endroit  magique pour rêver! À découvrir sans aucun doute au fil du fil, richesse de Rouen au XIXème siècle, et au fil de la Seine...

  • Une longue et terrible épine

    C'est une toute petite île. Regardez, à quelques encâblures de Plaka juste en face. La Crète, golfe de Mirabello le bien nommé. Une Méditerranée paradisiaque de carte postale. 

    visuel-Spinalonga- (1).jpg

    Comme une épine dans le bleu, une épine plus longue que large, d'où son nom "Spinalonga". 

    Au gré de l'histoire mouvementée de la Mare nostrum, elle fut tout d'abord une place forte antique puis, face à l'ennemi ottoman, un bastion vénitien qui recueillait les chrétiens en fuite.

    attractionimages_69.jpg 150px-Venitian_Fortress_of_Koules_-_Lion.jpg

    En 1715, elle tomba finalement aux mains des Turcs jusqu'au début du 20ème siècle.  

    GR_Spinalonga.png dscn1959.jpg

    Et ensuite, me direz-vous? 

    Le destin contemporain incroyable de ce caillou, je l'ai découvert dans L'Île des oubliés de Victoria Hislop , un best-seller qui m'entêtait un rien à le voir, en version poche, fleurir chez tous les libraires avec un bandeau rouge alléchant barrant une superbe photo grecque pur jus.

    téléchargement.jpeg

    Je l'ai acheté et j'ai commencé la lecture. Les premières pages me déçurent superbement, dialogues "dignes" d'Amour, gloire et beauté, style assez plat. Déçue, j'étais déçue, mais je me suis accrochée, je n'avais rien d'autre à lire sur le coup, mais surtout je me disais qu'il y avait dans ce livre plébiscité certainement un secret que j'allais découvrir au fil des pages.

    Er ce fut le cas.

    Encore aujourd'hui, cette lecture m'occupe l'esprit. Oh, ce n'est pas vraiment l'intrigue car, malgré de nombreux rebondissements, elle est relativement devinable comme toutes ces sagas familiales : une jeune fille qui part à la recherche de ses racines, mais quelles racines...

    Elles poussent à Spinalonga, certes une  petite île crétoise du golfe de Mirabello mais aussi la dernière léproserie d'Europe, fermée en 1957!

    Etait-il possible qu'à l'époque de ma naissance une telle horreur existe encore en Europe? Dubitative,  même si les oeuvres du Père Damien me reviennent en mémoire. 

    Je me suis alors demandé si ce lieu, pourtant parfaitement situé et décrit, existait vraiment et si son destin funeste était réel.

    Oui, cette île que je vous ai présentée tout au début comme paradisiaque fut, de 1903 à 1957, considérée comme un mouroir immonde. 

    06entree-spinalonga1930.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans le livre, nous emboîtons le pas de ceux qui, devenus lépreux, prennent le bateau pour un voyage sans retour et qui sont terrorisés par le monde qu'ils vont découvrir, une fois passée la porte de Dante.

    C'est une prison à ciel ouvert, un déchirement car ils voient les villages de la côte éclairés de vie avec leurs proches qui y vivent. Certains chercheront à s'échapper, happés par les eaux ou, arrivés au littoral, lynchés par les Crétois terrorisés par la crainte de la contagion. Mais la plupart..., je ne vous en dis pas plus, lisez! 

      

    derniere-danse.jpgville orpheline.jpegBref, le secret de Victoria Hislop n'est sans doute pas un style flamboyant (quoique, la traduction trahit parfois) mais son pouvoir de nous faire découvrir les drames contemporains de la Méditerranée.

    Notamment la guerre à Chypre en 1970 avec La ville orpheline, la guerre civile espagnole avec La dernière danse... Pas encore lu mais je suis sûre qu'ils vont m'en apprendre beaucoup.

    Victoria Hislop est attachante quand on la découvre, parfaite francophone dans ses interviews que vous pouvez retrouver sur Internet.

    Son site en français:

    https://www.victoriahislop.com/?lang=fr

     

    Beaucoup de films accompagnés du son du bouzouki, encombrés de touristes vous permettront de découvrir ce cailllou déjà filmé par Werner Herzog dans Dernières paroles et Jean-Daniel Pollet dans L'Ordre.

    Mais après la lecture du roman, ces petits films touristiques m'apparaissent comme indécents même s'ils nous permettent de découvrir l'île d'aujourd'hui. 

    J'ai trouvé ce petit film de 1935...

     

    Et puis tout de même un docu d'aujourd'hui, je l'ai choisi pour son calme et surtout parce qu'il nous fait pénétrer dans l'île par la fameuse "porte de Dante", couloir qui paraissait au lépreux comme un terrible purgatoire entre le paradis des vivants qu'il quittait et l'enfer qu'il allait découvrir, comme un adieu à la vie...

     

    Bonne lecture, bonne découverte! Certes tout est très convenu mais le cadre est humainement et historiquement bouleversant. Donc enrichissant!