• Sous les tilleuls beethovéniens

    Juste un petit billet d'humeur inspiré par Berlin et par Ludwig van B.

    Il y a 17 ans, je découvrais Berlin. Pour un très court séjour avec mes élèves. Ils concouraient au Mondial de la Coiffure qui se tenait cette année-là dans la capitale allemande.

    Nous étions tous très excités. Les élèves, par la perspective du concours et nous, leurs professeurs par Berlin.

    Berlin en l'an 2000, c'était encore un peu exotique. Les stigmates du Mur et de la partition étaient toujours très visibles. Nous avions, nous les profs quadras enfants de la Guerre Froide, encore dans les yeux les images incroyables de la réunification pacifique en visitant la Porte de Brandebourg et le Check-Point Charlie. Nous marchions au devant de ce que nous considérions encore comme un miracle. Lors de notre visite à la porte de Brandebourg, il y avait une kermesse bon enfant avec ballons et petit drink sympa pour fêter les 10 ans de la Réunification. Nous y avions ri et trinqué au bonheur retrouvé et à la fraternité des peuples. Un an plus tard, c'était le 11 septembre. Que ce temps euphorique me paraît lointain...

    À vrai dire, j'y pense à chaque début d'octobre car ce fut un voyage très dense, inoubliable avec une amie si chère qui nous a tragiquement quittés depuis... Nous étions les meilleurs supporters de nos élèves et nous nous en occupions 24 heures sur 24 comme toujours lors d'un voyage scolaire de plusieurs jours  pendant lequel il faut gérer les nuits entre garçons et filles, les bobos plus ou moins importants, les vagues à l'âme de ceux qui n'ont pas souvent ou jamais quitté le cocon familial... Dans ce genre de voyage, mes collègues me savaient dévouée corps et âme à la cause mais ils savaient aussi que comme à Paris, j'aurais besoin d'un petit sas de décompression culturelle. Ils avaient donc fait en sorte que je puisse m'échapper quelques heures pour aller flâner sur Unter den Linden et revenir vers la Philharmonie. Sur Unter den Linden, après avoir admiré l'opéra, j'étais entrée chez un disquaire à perdre son âme et j'y avais acheté Fidelio dirigé par Barenboim, c'était comme une offrande à la paix qu'on croyait à jamais revenue. À la Philharmonie, j'avais été prise d'une euphorie à l'ombre de Karajan et de la découverte d'un bâtiment d'une modernité incroyable qui avait bercé mon enfance... J'étais revenue à pied par les canaux et les parcs vers l'auberge de jeunesse très monastique où nous logions. Pas d'alcool, nous avait-on précisé. L'une d'entre nous avait prévu de petites doses de Porto cachées dans les boîtes de films argentiques qu'on trimbalait encore à l'époque, et que cela nous réconfortait une fois que toutes nos ouailles étaient enfin consolées et couchées! 

    Tous ces merveilleux souvenirs ont été ravivés cet après-midi par le concert retransmis en direct sur le site Internet d'ARTE pour la réouverture du Staatsoper Berlin Unter den Linden après une très longue rénovation.

    Écouter la 9ème Symphonie de Beethoven en ces lieux, c'est sans doute plus qu'ailleurs comme une étrange émotion qui prend aux tripes.

    P1100875.JPGP1100864.JPG       

           

     

     

     

     

     

     

     

    P1100879.JPGP1100882.JPG 

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1100893.JPGP1100897.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     Et sans doute ce que Beethoven aurait aimé plus que tout, le partage et la tendresse!

    P1100888.JPG

    P1100890.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1100877.JPG

    P1100892.JPG

    P1100896.JPG

    Toutes ces photos prises à la volée et ce si beau concert sur ma tv grâce à un simple câble HDMI ! Merci, la technique!

    P1100865.JPG

    P1100895.JPG

    Cet après-midi, l'esprit de Beethoven flottait dans le parfum des tilleuls! Avec quel bonheur!

    Les chanteurs: René Pape, Burkhard Fritz, Okka von der Damerau, Diana Damrau

    Daniel Barenboim - Berliner Staatskapelle 

    https://www.staatsoper-berlin.de/de/spielplan/praeludium 

  • Stupeur et ravissements

    808858_1.jpgCe premier concours de chefs d'orchestre d'opéra à Liège a tenu presque toutes ses promesses : il y a eu le plaisir de la musique, l'entrain de la compétition et l'émotion de la découverte de jeunes talents.

    Et même plus pour certains Liégeois qui s'étaient convertis en "familles d'accueil" et qui, selon les conversations que nous partageâmes, avaient tissé des liens d'amitié et même d'affection (on n'est pas en Cité ardente pour rien) avec leurs candidats vite devenus leurs petits "poyons" et eux, supporters dignes de ceux du Standard. 

     

     

    concours_chefs_arrivee_chefs-_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-10.jpg

    concours_chefs_1-2_finale_-_ambiance_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-7.jpg

     

     

     

     

     

     

    Il y eut 140 candidats, 50 retenus et 44 qui se présentèrent aux éliminatoires avec piano devant le jury et le public. 

    Nous avons pris le train en marche au stade des quarts de finale (mardi, une après-midi et une soirée pour entendre 8 participants équipés de micros qui avaient droit à une demi-heure de travail avec l'orchestre et les solistes, et parfois les chœurs). Les œuvres imposées: Carmen et La Bohème. Ils devaient en rester 6 et le choix du jury convint au public.

    qualifies_demi.jpg

    De gauche à droite: Antoine Glatard, Michele Spotti, Lee Mills, Andrea Gasperin, Leonardo Sini, Pierre Dumoussaud. 

    Pour la demi-finale, chacun a eu droit, sous nos yeux et nos oreilles,  à une heure de travail sur un acte complet des mêmes œuvres auxquelles on ajoute Falstaff... Pas une mince affaire! Le stress monte, il n'en restera que trois...

    3._concours_chefs_eliminatoires_i_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-5.jpg

    Ah, on se régale mercredi et jeudi! On entre dans la cuisine intime de la création orchestrale, et après les avoir vus être passés à la moulinette, on a quatre chouchous. Aïe, un de trop!  Choix du jury qui a trouvé un juste équilibre: un Italien, un Français et un diplômé du Conservatoire (flamand) de Bruxelles. On est un peu déçues car on aimait beaucoup Gasperin dont la fugue du dernier acte de Falstaff fut d'une maîtrise absolue. L'orchestre aussi, paraît-il... Mais qu'importe, rien que du pur RAVISSEMENT depuis le début avec ces jeunes qui en veulent! Restent Antoine Glatard, Michele Spotti et Pierre Dumoussaud. 

    3gagnants.png

    Le vendredi, c'est relâche pour nous, pas pour eux. Séances intenses de répétitions car en finale,  il faudra interpréter un acte entier sans interruption, dans les conditions d'un spectacle. C'est aussi le jour où la rumeur enfle, alimentée par le président du jury lui-même à la radio: le jury se réserve le droit de ne pas attribuer le premier prix mais de proposer des ex-aequo pour le deuxième... Samedi soir lors de la présentation d'avant-concert, Musiq3 remet le couvert : peut-être pas de premier prix.

    STUPEUR, on sent que c'est cuit. 

    Moi, j'imagine les 3 jeunes en coulisses qui ont compris qu'ils se battent pour les accessits. Mais ils seront professionnels jusqu'au bout et ne ménageront pas leur peine pour fournir d'excellentes prestations.

     concours_chefs_1-4_de_finale_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie_2-7.jpg    concours_chefs_1-2_finale_-_ambiance_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-2.jpg concours_chefs_finale_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-6.jpg concours_chefs_finale_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-17.jpg concours_chefs_finale_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-25.jpg

    Michele Spotti organise des conversations époustouflantes dans les deux tableaux de l'acte 1 de Falstaff, Antoine Glatard gère le Café Momus de La Bohème et Pierre Dumoussaud règle en architecte son compte à Carmen parmi des merveilles.

    Le palmarès: Pierre Dumoussaud et Michele Spotti, deuxièmes prix ex-aequo et Antoine Glattard, troisième prix.

    Il tombe un peu dans l'indifférence et avec quelques "hou, hou" du public. Les belles paroles de Mazzonis sonnent creux. Dommage, quel dommage! Pas loin du gâchis de talents.

    Certes Dumoussaud et Spotti étaient au coude à coude artistiquement parlant et peut-être que le budget ne permettait pas deux prix à dix mille euros ; deux deuxièmes prix à 4 mille euros, on restait dans les marges. Mais quid du concert que le gagnant devait diriger en mars prochain? Pourquoi pas les inviter tous les deux? L'essentiel pour de jeunes artistes, c'est de se produire, de se faire entendre.

    Certes. Certes, on en est à la première édition et tout est perfectible. L'orchestre a eu droit au chapitre dans le vote final mais pas le public, pourtant très nombreux et enthousiaste dès les éliminatoires... Même le CMIREB se trouve parfois dans une impasse avec sa session de violoncelle pendant laquelle on a trop entendu les mêmes œuvres. Espérons que pour sa deuxième édition dans le cadre des 200 ans de l'Opéra de Liège, ce concours des chefs d'orchestre d'opéra aura vaincu ses maladies de jeunesse.

    Ce qui nous reste en travers de gorge, nous le public fervent, c'est le pré-palmarès étalé dans les média. Quelle maladresse! Que les deux lauréats soient difficiles à départager, c'et sûr, qu'ils soient ex-aequo, ok, mais qu'on l'annonce avant la finale, pfuuu... Mazzonis, tu nous gonfles grave!

    Mais il faut au-delà de tout rendre hommage à l'orchestre et aux solistes (réunis au balcon lors de la proclamation et longuement applaudis, grâce leur soit rendue pour leur patience et leur talent) qui se plièrent à toutes les volontés des candidats, ainsi qu'au chœur et à la maîtrise, les petits chouchous qui assurèrent.  

    concours_chefs_finale_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-21.jpg  concours_chefs_finale_c_lorraine_wauters_-_opera_royal_de_wallonie-29.jpg

    Une semaine après, l'amertume s'estompe un peu  et fait place à l'enthousiasme et à un nouveau RAVISSEMENT: le concert d'été sous la direction de Speranza Scappucci, notre nouvelle cheffe principale attitrée.

    Vous faire entendre du neuf dans des extraits que vous connaissez depuis 50 ans, vous émouvoir par la gestuelle, vous  fasciner par la précision et la volonté de tirer le meilleur des chefs de pupitre, quels moments! Merci au maestro Arrivabeni d'avoir amené, au fil des années, l'orchestre à un tel niveau ; merci à Speranza de lui avoir donné en si peu de temps le sourire et un coup de peps, la banane, quoi! Quel enthousiasme du public conquis, et après le spectacle sur le trottoir de la sortie des artistes, un goût de bonheur ! Le début d'une grande histoire d'amour avec l'ORW et son public chaud, chaud de chaud!

    21318994_1822961014399944_2816616466991596493_o.jpg 21316140_1822961104399935_5832450583474675063_o.jpg

    Speranza nous avait régalés dans Jérusalem et à l'époque quand il s'agissait de trouver un nouveau directeur musical, j'avais espéré...  Exaucée, j'attends le meilleur de cette merveilleuse musicienne tellement accessible à son public, tout ce qu'on aime à Liège!